Wednesday, October 31, 2007

Reading Common Sense Nowadays


Which proud American never heard about a political pamphlet called Common Sense, by Thomas Paine? Without a doubt, this book that I read two months ago certainly has the same importance than the Declaration of Independence in American History. Obviously, Thomas Paine's objective, in 1776, was to promote the independence of the 13 British colonies of North America, eulogize republicanism and logically, decry monarchy. However, two of his wishes were just dreams.


Obviously, we can say straightforwardly that Paine plunges us into many topics in order to have a wide readership, but above all, to convince Americans why it's worth being an independent country. Obviously, he says eloquently that as an independent country, the 13 British colonies can have control over their economy and also their military. In the first place, it wasn't difficult for him to prove that taxation should only be done if it is approved by people who are elected by citizens...

To decry monarchy, Paine upholds that the Bible forbids it. Indeed, when Jews wanted to have a king, Samuel, their leader, was apparently told by God that it won't be tolerated. What is so ludicrous is when Paine says that in Catholic countries, reading the Bible is not encouraged as opposed to Protestant countries. Hence, the Catholics' so-called unconditional support to monarchy, in his own words. Still, how come such a largely Protestant country like Great Britain is still a monarchy?

Despite being interesting, Paine's book suffers from many weakness. For instance, think about the part in which he advocates republicanism. Paine believes that republicanism is the only stable and viable form of government. In fact, he points out that Holland, in the 17th century, never had any problems, unlike monarchies.

Of course, no one can deny that monarchies led to many coups d'État, bloodsheds and violent schemes, according to him. While this is true, Thomas Paine's argumentation definitely suffers from a lack of examples. Thus, he certainly didn't have enough knowledge in History to point out the succession of many dynasties in China's history, the Wars of Roses or Mary Stuart's attempt to unseat her cousin Elizabeth 1rst, the queen of England, in 1567.

So, let's ask ourselves a question: if monarchy means instability, how on earth did Great Britain maintain its monarchy to up until now? Without a doubt, Common Sense presents a very one-sided political analysis.

Nonetheless, with the distance that we can take with the book, we can really wonder if Paine's vision about republicanism is true. We can't blame him for not living long enough to be acknowledged of what happened in many South American countries after they became independent. Obviously, I'm talking about coups d'État that were led by generals who desired power.

Finally, two of Paine's wishes were just dreams. For instance, at this very moment, not all countries are democratic. Secondly, as time went by, we saw that whether a country applies republicanism or monarchy, it is never protected against instability. Even though I believe that Canada should become a republic, I still admit that republicanism has never guarantee stability throughout History. Nonetheless, even though the book lacks depth, it still remains an important part of a jigsaw puzzle that allows us to understand the American Revolution because of Paine's discourse on universal human rights.

Tuesday, October 23, 2007

Mr. Duceppe's Block Thinking

Recently, the Bloc Québécois (BQ) irrelevantly asked the federal government to let Quebec applies Bill 101 to federal institutions located on its territory. Let's not be surprised by such a pathetic publicity stunt from the BQ.

Gilles Duceppe, its leader, argued that under the Canada Labour Code, the paragraph (1)(a) of the article 178 stipulates that a worker's wage should "not [be] less than the minimum hourly rate fixed [...] by or under an Act of the legislature of the province where the employee is usually employed". Hence, the laughable necessity to allow Quebec to make French the only language of communication in federal institutions located on its territory, according to him.

The issue of languages and labour are not to be put in the same basket. After all, the federal government lets the provinces train their respective workforce through professional associations, for instance, by following some basic rules dictated by Ottawa. All in all, the share of power between the two level of governments is relevant in labour, because provinces actually have people who live and/or work within their respective boundaries.

As for languages, things are different.

Obviously, Duceppe has been trying to act as if the use of French in Quebec was seriously threatened. With a small English-speaking population mostly concentrated in Montreal, it's obvious that most Quebeckers already have what they want from our federal institutions: an adequate service in French. So, what's the point to complain? In addition to that, more than 60% of Anglo-Quebeckers are billingual.

Needless to say that all federal civil servants working in Quebec are not trying to impose English. In fact, anyone of them understand the importance to respond in one of Canada's official languages used by a given citizen. Besides, Duceppe's idea violates the Official Languages Act's article 12. Regardless of the province in which you are, this article clearly requires all federal services being given to you in both official languages.

Evidently, the reason why federal services are offered in both official languages, it's because they have to satisfy all Canadians, even when they travel in another province. For example, if an English Canadian wants to fix a few things with his declaration of revenue while visiting Quebec, he doesn't expect Bill 101 to have precedence over the Official Languages Act in federal institutions.

Of course, the labour language is technically French within the boundaries of Quebec, but some reasonable limits apply. For instance, Duceppe should face the fact that federal institutions are not under the jurisdiction of Quebec's National Assembly. There might be federal institutions in Quebec, but they operate under the Official Languages Act and not Bill 101.

People might not notice that Duceppe violates, in a very simplistic way, the Official Languages Act, but they certainly will notice that he's just ready to bite any bone just to look good in public opinion.

Friday, October 19, 2007

Down With Mrs. Marois' Bill 195!

The Québec Identity Act (Bill 195) will just incite newcomers to leave. In short, the bill is just a document of unfair discrimination.

Pauline Marois, the leader of the Parti Québécois (PQ).

Presented in the National Assembly yesterday by Pauline Marois (photo), Bill 195 is supposed to "enable the Québec nation to express its identity" and "it establishes [a Quebecker] citizenship". It's mentioned that those who have been living in Quebec as Canadian citizens would receive de facto the "Quebecker citizenship".

Moreover, indications following the article 49 of the Civil Code of Quebec (1991, chapter 64) will be added. A newcomer will be granted the citizenship if he/she has "has effectively resided in Québec for six months, including the three months preceding the date of the person's application". Secondly, it's vaguely mentioned that an "appropriate knowledge of [...] French" is deemed necessary.

As Quebeckers, we expect newcomers to learn French. However, with this bill, Pauline Marois, the leader of the Parti Québécois (PQ), has displayed a terrible lack of judgement.

She didn't notice that she has just fished in the waters of Quebecker far-right ideologists in the likes of Guy Bouthillier. Strange though it might sound, Bouthillier once said that people who can't speak French (newcomers as well as people living in Quebec) shouldn't have the right to vote. On another note, the Bill 195 clearly stipulates that newcomers who can't speak French won't have the right to:

a. Run in municipal, school and legislative elections;

b. participate in the public funding of political parties; and

c. petition the National Assembly for the redress of grievances.

Whoever advised Mrs. Marois, we have to understand that new Quebeckers are far to be the main problem to Quebec's obvious incapacity to blend people into a mainstream culture. Secondly, the main flaw of the Québec Identity Act is its incapacity to determine what is an "appropriate knowledge of [...] French".

As a matter of fact, the question needs to be raised, because it reveals a contradiction in the mentality of certain French Quebeckers. In fact, while they absolutely want immigrants to learn French, some of them don't seem to be proud of who they are. In fact, many of them don't even have a basic mastery of French in writing and oral communication (I'm not talking about the joual, mind you!).

With that said, the Bill 195 is just a pure mockery to the principles of republicanism. By distinguishing people by the colour of their skin and also their ethnicity, it takes for granted that French Quebeckers are by default people who should have the "Quebecker citizenship". Evidently, speaking French as a primary language doesn't mean that you do speak and write it correctly. All in all, the Bill 195 will just create a vertical mosaic in which the top rungs are occupied by French Quebeckers, that is, those who speak their language well and above all, the remaining lazy pigs who don't give a good example to newcomers.

André Boisclair, the former leader of the PQ, couldn't defend Quebec's mainstream identity because of his advocacy of multiculturalism. On the other hand, Pauline Marois tries to defend it, but she seems to favour Quebec's dominant ethnic group. Without a doubt, Pauline Marois gives to the PQ an image of a party that advocates close-mindedness if you also think about her incapacity to speak English. However, there's worst: the PQ sullies the concept of republicanism. Shame on Mrs. Marois and the PQ!

While staying in Canada, Quebec doesn't need discriminatory laws. In fact, whoever has the Canadian citizenship automatically has the right to vote in a provincial election as long as he/she lives in that given province. Period. After all, how will Mrs. Marois react if we take away her right to vote in a federal election by saying that she can't speak English?

Monday, October 15, 2007

Mr. Chrétien Is Right

For the failure of the 1995 referendum, some Quebecker separatists should blame themselves.

Canada's former Prime Minister, Jean Chrétien, clearly said that had the "yes" side slightly won, he wouldn't have interpreted it as a willingness from Quebec to become an independent country back in 1995 because of the "twisted" referendum question. Besides being predictable, some Quebecker separatists' reaction is quite absurd. The Bloc Québécois's MP of Hochelaga-Maisonneuve, Réal Ménard, said: "In the end, saying that you don't recognize a yes means that you don't recognize Quebeckers, their right to self-determination and I think that it wouldn't make sense."

What doesn't make sense is Réal Ménard's and his fellow separatists' incapacity to recognize that the question asked in 1995 referendum was everything but clear. Obviously, let's leave aside the sponsorship scandal. For the failure of the 1995 referendum, some Quebecker separatists should blame themselves.

Indeed, the question on the ballot was: "Do you agree that Québec should become sovereign after having made a formal offer to Canada for a new economic and political partnership within the scope of the bill respecting the future of Québec and of the agreement signed on June 12, 1995?"

The question looks complicated. Nonetheless, let's focus on the keywords "formal offer to Canada". Back in 1995, if Quebecker separatists were damn sure that they could win, why did they come up with a question that, at the first look, doesn't ask Canada to immediately recognize Quebec as an independent country? Maybe it was because of the separatists' fear to lose the votes of "soft nationalists" (i.e. ambivalent Quebeckers). Still, it's needless to say that many people who voted "yes" thought that Quebec would get more power by staying within Canada.

Actually, as the late philosopher Laurent-Michel Vacher upheld it, the referendum question would trigger two events following a victory of the "yes" camp. Evidently, the first one being that Quebec should negotiate with the Canadian federal government for brokering an economic deal leading to Quebec's independence. Still, what's the point to invite Ottawa to negotiate, in the first place, if it doesn't even recognize the independence of Quebec?

Without a doubt, asking Canada the permission to leave the federation with "a formal offer" won't make the second event come, which means the recognition of Quebec's independence. In the end, separatists should understand that people don't vote "yes" to see Quebec's National Assembly negotiate with the Canadian government. Had the "yes" side won with 75% of the votes, Jean Chrétien, back in 1995, wouldn't make a mistake by refusing to negotiate with Quebec.

As a matter of fact, Quebecker separatists definitely have lessons to learn from Montenegro, a country that separated itself from Serbia on May 21, 2006. According to the Organization for Security and Co-operation in Europe (OSCE), the question was: "Do you want the Republic of Montenegro to be an independent state with a full international and legal personality?"

All in all, many Quebecker separatists (not all of them) are still too dumb to understand that the first step of a referendum consist in asking for the recognition of independence before the eyes of the international community. Then comes the negotiation on the transition of powers. Not the other way around, mind you! The threat for separatists rather comes from within their circle. Let's hope that in the upcoming years, Canadian federalism will be reformed to please to all of us.

Friday, October 12, 2007

Pour ou contre la laïcité républicaine?

Ceci est un débat sur la légitimité des accommodements religieux et de la place de la religion dans la sphère publique au Canada entre une amie du collège et moi. Évidemment, chaque candidat de ce débat aura le droit d'avoir une réplique que je publierai bien entendu dans un billet subséquent. Alors, mesdames et messieurs, je vous souhaite un bon débat et sentez vous libre de commencer par le texte que vous voulez en cliquant sur l'un des liens internes ci-dessous.




____________________


Les années 1960 n’ont malheureusement pas rendu le Canada laïc de par ses lois; c’est plutôt la majorité des gens qui ont un comportement laïc. Cela explique l’intrusion des religions dans les décisions de la Cour suprême canadienne. Simplement dit, voulez-vous une preuve plus éloquente qu’il n’existe aucune séparation entre notre État et les religions?

Eh bien, pourquoi le préambule de la Charte des droits et libertés stipule-t-il «que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit»? Que fait un crucifix et une bible au Parlement fédéral ainsi que dans des législatures provinciales? Trouvez-vous ça normal qu’on octroie des accommodements religieux?

Pour ma part, je pense viscéralement que le Canada a de bonnes raisons pour abolir définitivement la Loi sur le multiculturalisme, réformer la Constitution (ainsi que la Charte des droits et libertés) et institutionnaliser une laïcité républicaine comme celle de la France qui est définie par la Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État.

Avant de commencer, une simple question s’impose : que garantit la démocratie, de prime abord? C’est simple : l’égalité pour tous, bien entendu! A priori, les accommodements religieux semble très beaux, car ils donnent aux minorités religieuses le sentiment qu’elles sont égales à tous les autres citoyens.

Or, je tiens cette vérité pour évidente en elle-même : les accommodements religieux constituent une moquerie à l’égalitarisme dans une optique sémantique. Après tout, si les accommodements religieux protègent l’égalité, cela sous-entendrait qu’ils peuvent s’étendre à tous les citoyens. Or, ces traitements différenciés ne se limitent qu’aux minorités religieuses plus souvent qu'autrement. En revanche, dans d’autres situations, c’est la majorité chrétienne qui peut se faire accommoder en ce qui concerne le financement d’écoles à vocation religieuse dans certaines provinces.

Cela dit, nos magistrats ne veulent pas aller plus loin pour accommoder la majorité chrétienne et en plus, un athée (i.e. une personne qui n’a pas de religion) ne peut rien invoquer pour se faire accommoder! Autant dire que les accommodements religieux bafouent l’égalitarisme, car ce n’est pas tous les Canadiens qui ont eu une religion et ensuite, bon nombre d’entre nous ne pratiquons pas la bonne religion (dépendant des circonstances) pour que l’État nous fasse les yeux doux.

En gros, les accommodements religieux (dépendant des circonstances) favorisent certaines religions plus que d’autres dans la sphère publique et deuxièmement, ils excluent les athées, des gens qui n’ont aucune religion par définition. En d'autres mots, cela constitue une dérogation flagrante au principe de la neutralité étatique et «une prime en faveur des confessions ainsi reconnues» comme l'avait écrit le député Francis de Pressensé dans sa proposition de loi déposée à l'Assemblée nationale française le 7 avril 1903.

Sachant très bien que les religions sont là pour rester, je vous dis en toute honnêteté que je ne suis pas un jacobin qui vise à imposer l’athéisme ou à «faire la guerre» aux «Autres» en prônant une assimilation systématique sur la pointe d’un fusil. Pour reprendre les mots de l’historien français Alphonse Aulard (1840-1928), je crains «que ce sera bientôt [les religions] maîtresse[s] dans l’État esclave.»

Incroyable mais vrai, les accommodements religieux sont cautionnés par nos parlementaires ainsi que nos instances judiciaires. Si les Américains ont dit «no taxation without representation» pour obtenir leur indépendance face aux Anglais, moi je dit:«Aucun droit de légiférer sans aucune garantie d'uniformité judiciaire.» Conséquemment, tous les citoyens, quelle que soit la couleur de leur peau, leur religion et leur appartenance ethnique, doivent pouvoir se reconnaître à l'unisson dans toutes les décisions prises par le Parlement et nos instances judiciaires.

Évidemment, d'autres diront que la France ne reconnaît pas le droit de pratiquer une religion. N'importe quoi! D'après l'article 1 de la Loi de 1905 (comme le disent les Français), même si l'État français ne reconnaît et ne subventionne aucune communauté religieuse, «elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre public.» En plus, l'article 28 de cette loi prétendument raciste, aux dires de certains démagogues en faveur du multiculturalisme, stipule clairement qu'il «est interdit [...] d'élever ou d'apposer [un] signe ou [un] emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions.»

Finalement, même si je suis un athée qui croit que le concept de religion est la meilleure farce de tous les temps, je reconnais tout de même à mes compatriotes le droit d'adhérer à une confession à certaines conditions. Évidemment, comme l'ont exprimé beaucoup de républicains français au début du siècle précédent, je veux tout simplement que la religion reste à l'intérieur de ses limites territoriales, car même si elle est une affaire de conscience, elle demeure par-dessus tout une affaire privée.

Anh Khoi


____________________


Ces temps-ci, il est bien difficile de feuilleter le journal sans tomber sur un article traitant des accommodements raisonnables, ou sur d’autres sujets y étant étroitement liés. Alors, je m’excuse à l’avance de vous en imposer un de plus mais, à la lecture de l’article « Au fond du baril » parue dans l’édition de La Presse du mercredi 26 septembre, j’ai éprouvé l’envie insatiable de crier mon désarroi.

Interdire à qui que ce soit de bricoler l’Oratoire Saint-Joseph est scandaleux (de même qu’interdire de bricoler n’importe quel bâtiment religieux sous prétexte qu’il est justement religieux! L’art étant forme d’expression; bon d’accord, c’est un bricolage de CPE… mais si on suit la logique, faut-il en conclure qu’il est même interdit d’en parler?). Franchement, de quoi a-t-on peur? Ce qui me fâche le plus dans cette question, c’est que l’intolérance naît de situations comme celle-ci.

Les gens en ont leur casque des accommodements déraisonnables, de l’hyperlaïcisation de nos lieux publics (ou plutôt de l’envoi de messages contradictoires en interdisant les constructions à caractère religieux, mais en permettant le voile aux institutrices, pour reprendre l’exemple de l’article) et autres niaiseries de ce genre. Ils en ont marre parce que cette institutrice est, et c’est peu dire, COMPLÈTEMENT À CÔTÉ DE LA TRAQUE! D’ailleurs, et c’est pourquoi je réagis, le gouvernement du Québec a choisi une approche tout à fait contraire à celle de cette travailleuse des centres de la petite enfance vis-à-vis le multiculturalisme, approche à mes yeux plus que positive. On peut lire dans son site Internet, que je vous conseil de consulter: «Les écoles québécoises offriront, à compter de 2008, un programme d’éthique et de culture religieuse aux élèves du primaire et du secondaire. Il remplacera les programmes d’enseignement religieux catholique et protestant et celui d’enseignement moral, jusqu’ici dispensés dans nos écoles.»

Voilà une façon intelligente de traiter du sujet. Démystifier les religions, parce qu’on ne trouvera aucune solution en s’en coupant, en se bouchant la bouche, les yeux et les oreilles puisqu’elles sont bien là (les religions) et pour y rester. Trouver un terrain de conversation neutre où l’on peut, à l’aide de la connaissance de l’autre, échanger nos points de vue. Enfin, comme c’est là tout l’avantage du multiculturalisme, s’en servir pour trouver les réponses aux questions éthiques que nous nous posons et qui nous interpellent. Finalement, en agissant comme l’a fait cette institutrice (une attitude qui, je persiste et signe, est bien loin de la réalité qui nous attend), on fait la guerre aux religions (toutes, incluant la nôtre), aux cultures, aux «autres», mais surtout à nous-mêmes en nous privant du meilleure et en ne gardant que le pire.

Émilie


Thursday, October 4, 2007

La conquête du Canada

Ceci est le dernier d'une série de trois textes révisés (avec les notes de bas de page en moins) et enrichis d’une recherche que j'ai faite sur la Guerre de la Conquête (1756-1763) dans le cadre du cours d’Histoire du Québec et des Amériques lorsque j’étudiais en sciences humaines au Collège Ahuntsic en 2006.

Conséquence de la conquête du Canada

Durant la Guerre de Sept Ans, «le gouvernement français, le 28 décembre 1758, avait prévu ce qui arriverait aux Canadiens en cas de défaite : ils subiraient les lois du vainqueurs» (Frégault, 1955:453). Par conséquent, cela veut dire que les Canadiens, qui fut jadis sous la tutelle coloniale des Français, passe sous celle des Britanniques. S’ajoute aussi à ce changement de régime une obligation de vivre de la même manière que les Britanniques. Quinze ans après la capitulation du marquis de Vaudreuil à Montréal, «le chef spirituel des Canadiens, Mgr Briand, écrit à un de ses administrés» pour expliquer cette transformation somme toute légère qu’ont subit les Canadiens après la conquête du Canada par les Britanniques:

On dit de moi, comme on dit de vous, que je suis anglais (sic)… Je suis Anglais, en effet; vous devez l’être; ils (les Canadiens) le doivent être eux aussi, puisqu’ils en ont fait le serment, et que toutes les lois naturelles, divines et humaines le leur commandent. Mais ni moi, ni vous, ni eux ne doivent (sic) être de la religion anglaise. Voilà les pauvres gens, ce qu’ils n’entendent pas; ils sont sous la domination anglaise, pour le civil. (Frégault, 1955:455)

Ce que Mgr Briand voulait dire lorsqu’il disait que les Canadiens ne devaient pas adopter «la religion anglaise», c’est qu’il exhortait ceux-ci à ne pas laisser s’en aller à vau-l’eau l’héritage culturel et linguistique de leurs ancêtres venus de la France. S'ajoutait aussi aux observations de Mgr Briand, une menace potentielle d’assimilation due à la présence britannique au Canada. Dans un cadre de vie qui est carrément déterminé principalement par des lois, une réalité et des institutions politiques britanniques, Frégault indique que «leurs générations (celles des Canadiens) se succèdent désormais dans un empire, dans un continent et dans un État britannique» qui sont dominés par la langue anglaise.

Conclusion

Comme l’avait remarqué Benjamin Franklin, un nationaliste américain opposé à la tutelle coloniale britannique, les Canadiens forment un groupe humain «brisé en tant que peuple» (Frégault, 1955:458). Si nous nous transportons de la Guerre de Sept Ans jusqu’à nos jours, nous remarquerons que les Canadiens descendants des Britanniques et des Français ont cohabité ensemble avec une certaine difficulté, certes.

Dans son roman Maria Chapdelaine publié en 1916, Louis Hémon décrivait les Québécois français, des gens qui ont «marqué un plan du continent nouveau, de Gaspé à Montréal, de Saint-Jean-d’Iberville à l’Ungava», comme étant «une race qui ne sait pas mourir» (bonjour, le nationalisme ethnique!). D’ailleurs, il ajoute ceci:

C’est pourquoi il faut rester dans la province où nos pères (les colons français) sont restés, et vivre comme ils ont vécu, pour obéir au commandement inexprimé qui s’est formé dans leurs cœurs, qui a passé dans les nôtres et que nous devrons transmettre à notre tour de nombreux enfants: Au pays de Québec rien ne doit mourir et rien ne doit changer…

En partant de la description d’Hémon, si la Guerre de Sept Ans est considérée comme étant une plaie dans la conscience de cette «race qui ne sait pas mourir», est-ce que cela veut dire qu’une sécession avec le Canada mettra un baume sur cette plaie du passé de ce peuple «brisé»? Conséquemment, bien des Québécois croiraient que le baume qui serait appliqué sur cette plaie historique, en l’occurrence de la Guerre de Sept Ans, peut se définir soit par une sécession qui permettrait au Québec de connaître une heure cathartique en ayant son siège «dans le concert des nations» (dixit Bernard Landry) ou bien par une réconciliation entre les Anglophones et les Francophones. En fin de compte, au fur et à mesure que le temps passe, espérons qu'un jour, nos enfants pourront réellement assister à une réconciliation entre les deux solitudes.

Dans la même série:
1. Vers les plaines d'Abraham



Bibliographie complète:
CASGRAIN, Henri-Raymond. Montcalm et Lévis, tome 1 de «Guerre du Canada – 1756-1760», L.-J. Demers & Frère, Québec, 1891, 564 p.

CONNELL, Brian. The Plains of Abraham, Hodder and Stoughton, Londres, 1959, 288 p.

FRÉGAULT, Guy. «La guerre de la conquête – 1754-1760», tome 9 de Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, Fides, 1955, 514 p.

HÉBERT, Jean-Claude. Le siège de Québec en 1759, Ministère des Affaires culturelles du Québec, Québec, 1972, 131 p.

LAPIERRE, Laurier Lucien. 1759 – The Battle for Canada, McClelland & Stewart, Toronto, 1990, 305 p.

MOORE, Christopher. «Colonization and Conflict : New France and its Rivals – 1600-1760» dans The Illustrated History of Canada, Toronto, Key Porter Books, 2002, p. 96-180

PARKMAN, Francis. La prise de Québec et ses conséquences, [s.e], Québec, 1908, 233 p.

TRUDEL, Marcel. «Quand les Québécois pratiquaient l’esclavage» dans Mythes et réalités dans l’histoire du Québec, Bibliothèque québécoise, Québec, 2006, p. 189-208

Wednesday, October 3, 2007

Quelques arpents de neige

Ceci est le deuxième d'une série de trois textes révisés (avec les notes de bas de page en moins) et enrichis d’une recherche que j'ai faite sur la Guerre de la Conquête (1756-1763) dans le cadre du cours d’Histoire du Québec et des Amériques lorsque j’étudiais en sciences humaines au Collège Ahuntsic en 2006.

Capitulation française:

Évidemment, puisque la bataille des Plaines d’Abraham a mené à la prise de Québec par les troupes de la Grande-Bretagne, le dernier événement aura comme effet de causer l’événement qui «a jeté le Canada par terre» (Frégault, 1955). En effet, comme l’avait écrit l’historien américain Francis Parkman, le 8 septembre 1760, le marquis de Vaudreuil, le dernier gouverneur général du Canada français, signe un document de capitulation après avoir déclaré forfait à Montréal devant les troupes du général Jeffery Amherst. Vaudreuil avait tenté de reprendre la ville de Québec lors de la bataille de Sainte-Foy, mais son initiative se soldera par un échec.

En raison de ce document, Parkman mentionne que «le Canada et toutes ses dépendances passaient à la couronne britannique» (Parkman, 1908:165). Après la chute du Canada, les Canadiens, qui furent naguère sous la gouverne de la France, deviendront des sujets britanniques «sous un nouveau drapeau» alors que «les officiers militaires français, ainsi que tous les soldats qui purent être rassemblés[,] les principaux fonctionnaires civils de la colonie» et les principaux membres de la noblesse canadienne retournèrent en France, car ils n’étaient point intéressés à servir George III, le roi de la Grande-Bretagne, selon Parkman.

Cela serait très facile de dire que tous les Canadiens (les descendants des colons français) auraient dû retourner en France. Or, bon nombre d’entre eux resteront au Canada, car leurs racines familiales étaient déjà profondément ancrées sur ce territoire, tout comme leurs biens qui s'y trouvaient. À l’époque de la Nouvelle-France, les enfants (nés canadiens) des colons français, ainsi que les générations futures de Canadiens, verront de plus en plus la France comme un pays étranger bien qu’un nationalisme canadien n’aie pas encore poussé ses premiers balbutiements. Par conséquent, ces gens-là, qui vont éventuellement être désignés par les Britanniques et les Anglo-Canadiens comme des «Canadiens français» au tournant du 19e siècle, ne retourneront pas en France, pour la simple et bonne raison qu’aucun d’entre eux n’a le souvenir, du moins dans leur conscience individuelle, d’avoir traversé l’Atlantique. De plus, avant la conquête britannique, bien des Canadiens désignaient le Canada (ou plutôt la Nouvelle-France) comme étant leurs pays, malgré son statut de colonie.

En revenant sur la bataille militaire, Parkman ajoute que la capacité des Britanniques à affirmer leur contrôle militaire progressivement à l’intérieur de ce qui représentait territorialement le Canada va changer «[d]’un trait de plume […] la moitié d’un continent». En apprenant la nouvelle concernant la défaite des Français, John Mullen, le pasteur de la Seconde Église de Lancaster, prédit que l’Amérique sera «ouverte à la colonisation britannique» (Parkman, 1908:170). Cela explique la raison pour laquelle le continent nord-américain sera culturellement anglo-saxon en grande partie. En jetant un regard sur le passé, il est possible de comprendre pourquoi le Québec, en tant que province canadienne à culture majoritairement francophone, est entouré par des provinces majoritairement anglophones en plus de partager une frontière avec les États-Unis.

En revenant sur le traité de capitulation, Frégault ne fait aucune mention de l’article 47 du traité de capitulation. Dans le premier tome du livre Mythes et réalités dans l’histoire du Québec, l’historien Marcel Trudel cite cet article du traité de capitulation qui stipule que «[l]es Nègres et panis des deux Sexes resteront en Leur qualité d’Esclaves en la possession des françois et des Canadiens à qui ils appartiennent.» De plus, selon l’article 47, il sera loisible aux vaincus (les Français et les Canadiens) « de les garder à leur Service dans la Colonie, ou de les Vendre.» Après avoir lu l’article 47 (écrit par nul autre que Vaudreuil) du traité de capitulation signé le 8 septembre 1760 à Montréal, le général Jeffery Amherst répondit : «Accordé, Excepté ceux (les esclaves) qui auront été faits Prisonniers» (Trudel, 2006:196).

Fin de la guerre en 1763:

Pour le Secrétaire d’État des Affaires étrangères de France Étienne François, mieux connu sous le nom de duc de Choiseul, il ne fallait pas se faire d’illusion : «Puisque nous ne savons comment faire la guerre, dit-il, faisons la paix.» Les Français et les Britanniques tenteront d’établir un dialogue diplomatique qui sera décrit de cette manière par l’historien Guy Frégault (1955:444):

À la fin de l’été de 1762, le duc de Bedford arrive à Paris dans un équipage éblouissant. Il appose sa signature aux préliminaires de la paix le 3 novembre. […] Entrée en guerre au nom de la «sécurité de ses colonies», l’Angleterre a gagné son point, puisque la cession du Canada délivre ces lointaines colonies provinces de tout danger.

De plus, Frégault indique plus tard que la France perdra une bonne partie de ses territoires en Amérique du Nord en raison de cette guerre qui avait deux facettes, c’est-à-dire que «l’une [était] maritime [et] l’autre coloniale» (1955:445).

En Amérique du Nord, les Anglais s’enrichissent du Canada, d’une partie de la Louisiane, des pêcheries de Terre-Neuve et de celles du golfe Saint-Laurent; la France ne conserve que l’île Saint-Pierre – à laquelle s’ajoutera Miquelon – trop petite pour être colonisée. L’auteur (le duc de Bedford) conclut : «Dans l’ensemble, le traité nous procure tous les avantages commerciaux que nous ayons jamais revendiqués et nous confirme dans la possession de tout le commerce dont nos ennemis ont cherché à nous dépouiller. Notre empire américain s’agrandit au delà (sic) de nos espérances les plus flatteuses»…

Donc, en gros, l’événement qui est représenté sur la gravure basée sur un croquis d’Hervey Smith, l’aide de camp du général Wolfe, va mener inévitablement mener à la défaite de la France et par le fait même, la prise du Canada par les troupes britanniques. Bref, nous pouvons dire qu’en vertu du traité de Paris conclu le 10 février 1763, les Français seront forcés de se retirer de la Nouvelle-France et de céder les commandes de cette colonie aux Britanniques.

Prochain texte: Les effets de la capitulation françaises

Dans la même série:
1. En routes vers les plaines d'Abraham



Bibliographie partielle:

FRÉGAULT, Guy. «La guerre de la conquête – 1754-1760», tome 9 de Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, Fides, 1955, 514 p.

PARKMAN, Francis. La prise de Québec et ses conséquences, [s.e], Québec, 1908, 233 p.

TRUDEL, Marcel. «Quand les Québécois pratiquaient l’esclavage» dans Mythes et réalités dans l’histoire du Québec, Bibliothèque québécoise, Québec, 2006, p. 189-208

Related Posts with Thumbnails

About This Blog

Lorem Ipsum

Subscriptions

  © Blogger templates Newspaper III by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP