Saturday, January 20, 2007

La réciprocité interethnique

Voici le premier d’une série de quatre éditoriaux traitant de l’enquête menée par la firme de sondage Léger Marketing au sujet du « racisme » au Québec. Le 15 janvier, le Journal de Montréal révélait que « 59% des [Franco-Québécois] se disent racistes ». Ce sondage réalisé pour le compte de ce quotidien, de la chaîne de télévision TVA et la chaîne de radio 98,5 FM ne dit pas que les Franco-Québécois sont « racistes ». Au contraire, ceux-ci se perçoivent comme étant des « racistes ».

Si douteuse est la méthodologie de Léger Marketing. A-t-on défini le racisme? Aucunement. En maintenant que les Franco-Québécois se perçoivent comme des « racistes » à différents degrés, nous sous-entendons qu’un sentiment de supériorité raciale, ethnique ou culturelle par rapport aux ethnies minoritaires les anime.

Or, Jean-Marc Léger, le président de Léger Marketing, et son équipe auraient dû employer le terme « xénophobie ». Certes, nul ne peut nier qu’il y a du racisme au Québec. Toutefois, ce comportement demeure très marginal. En dépoussiérant la réalité correctement, nous pouvons conclure objectivement que plus de la moitié des Franco-Québécois se perçoivent comme étant des « xénophobes » à différents degrés.

Pour les amoureux finis des dictionnaires, sachez que la xénophobie est un sentiment « [d’hostilité] systématique [exprimé] à l’égard des étrangers [ou] de ce qui vient de l’étranger » (Le Petit Larousse Illustré, 2001).

Malgré les défauts du Québec, plus de la moitié des Franco-Québécois ont tendance à afficher un malaise causé par la présence des minorités ethniques. S’ajoute à cela un manque de compréhension interethnique. Cela ne veut pas dire que la majorité des Franco-Québécois se voient comme des êtres « supérieurs » ou « plus civilisés » que les minorités ethniques.

Chers curieux de tout poil, fouillez plutôt dans les annales de l’histoire de l’Afrique du Sud pour voir ce qu’est réellement le racisme…

Aussi bizarre que cela puisse paraître, 78% des Québécois issus des ethnies minoritaires affirment que leurs concitoyens de descendance « pure laine » sont accueillants. Toutefois, derrière le discours officiel, il y a la vérité…

Cette enquête bâclée passe à côté de la vraie question : la banalisation du nationalisme ethnique (toute allégeance politique confondue) au Canada chez bon nombre (ceci n’est pas une généralisation!) de francophones et anglophones (59% des Franco-Québécois estiment que « les immigrants » s’intègrent difficilement).

En effet, pour la majorité des Franco-Québécois, fréquenter des ethnies minoritaires est « enrichissant » et permet de « s’ouvrir aux autres cultures » (eh oui!). Des Franco-Québécois fréquentant mon collège soutiennent qu’ils sont « ouverts aux autres cultures ». En réalité, ces gens-là ne connaissent pas grand-chose de l’Histoire ou de la culture de l’Afrique, de l’Asie ou de la civilisation musulmane. Une belle curiosité, quoi! S’ouvrir à d’autres cultures est une chose. Tolérer les différences en est une autre.

Ce que j’ai essayé de dire dans les deux derniers paragraphes sur le nationalisme ethnique au Québec (et par extension le Canada), c’est que beaucoup de Franco-Québécois conçoivent d’une manière outrancière la société comme une exposition universelle. Dans une telle optique, chaque groupe ethnique correspondrait au kiosque d’un pays. Malheureusement, cette attitude laisse la place à deux turpitudes : 1) la xénophobie ou 2) l’incapacité de considérer les ethnies minoritaires comme des Canadiens (ou des Québécois).

Voici un message clair adressé à certains Franco-Québécois : des kiosques, il n’y en a pas! Est-ce si dur de considérer les ethnies minoritaires comme des Canadiens (ou des Québécois)? Qu’on le veuille ou non, nous formons un tissu social en vivant ensemble. Prochain éditorial : les ethnies minoritaires et le racisme.

blog comments powered by Disqus
Related Posts with Thumbnails

About This Blog

Lorem Ipsum

Subscriptions

  © Blogger templates Newspaper III by Ourblogtemplates.com 2008

Back to TOP